Dénonciation ; un aperçu sur la dure réalité de la situation LGBT en Algérie

L'homophobie des associations algériennes

Il y a quelques jours je fus contacté par l'un de mes amis militants qui m'annonçait qu'il y avait un couple de lesbienne en danger ; la première étant à l'hôpital après s'être faite tabasser par son père et son oncle et la seconde menacée de mort si elle s'approchait encore une fois de la première.
J'appelle donc une association féministe locale pour essayer de trouver une solution au problème de ces pauvres malheureuses. Que me répond la présidente de la dite association féministe ?
Je cite :
- nous ne traitons pas ce genre de problèmes car nous notre but c'est lutter contre la violence dont sont victimes les femmes par la société algérienne.
- mais madame à mon sens je suis entrain de rapporter un cas de violence contre deux femmes qui s'avèrent être lesbiennes et en danger de mort !!!
- vous voulez notre mort a nous aussi ?! si vous être intéressé par ce genre de problèmes vous n'avez qu'a créer votre propre association et défendre ainsi ces gens là.
Fin de citation.

J'aurais juré par le ton qu'elle avait prit qu'elle se retenait a peine de dire « et défendre ainsi ces énergumènes ». La charmante dame me raccrocha au nez sans crier gar.

Je constate avec amertume que la communauté LGBT reste isolée, marginalisée et ignorée par la société algérienne, pire encore et plus grave même par la société civile algérienne qui au lieu de traiter les problèmes de fond dont souffrent les algériens se contentent d'organiser les festivals de chants, les manifestations sportives et offrir des tenues neuves aux enfants pauvre à LAÏD. A l'exception des associations de lutte contre le SIDA qui font du bon travail pour la lutte contre les IST et le Sida mais qui n'osent toujours pas s'aventurer dans la lutte pour les droits des LGBT en Algérie ; toutes les autres font de la figuration ni plus ni moins

 30/11/2008

Randa

Pour abu nawas Algerie

Une autre amie transgenre a été assassinée!

La communauté LGBTI turque se préparait pour célébrer "le 20 novembre, le Jour du Souvenir pour les victimes Transgenre de meurtres de haine" et voila qu'ils sont et nous avec dévastés par ces dernières nouvelles. Le 10 novembre 2008, autour de 21h00 dans Etlik, un district d'Ankara, notre amie Dilek a été attaqué avec un fusil de chasse à pompe et a décéder à l'Ankara Éducation de Diskapi et l'Hôpital de Recherche vers 0h30 le 11 novembre 2008.
Selon un témoin oculaire; pendant qu'ils étaient dans la voiture avec Dilek dans le district Etlik-Iskitler, ils ont été surpris par un coup de feu et le son d'une vitre fracassée venant de l'arrière de la voiture. Et quelques minutes plus tard, un autre coup feu a été tiré du côté de la voiture en visant la tête de Dilek, qui s'assoyait dans le siège conducteur. Elle a été évacuée à un hôpital où elle a été admise dans le service de soins intensifs. Huit impactes ont été trouvés dans sa tête. Cela confirme que l'attaque pourrait avoir été faite avec un fusil de chasse. Il a été dit que les assassins s'étaient enfuis dans une voiture de couleur sombre et ils étaient plus de 2 personnes.
Dilek était une des transsexuels qui avaient déposé des plaintes contre les attaquants lors les incidents « Eryaman ». Pendant les assises, elle s'était aussi sur la chaise des témoins et avait témoigné contre ses futurs assassins. Les suspects des incidents Eryaman ont été libérés pendant l'audition le 17 octobre 2008.

Condoléances à nous tous ...
                                                                                                                                                 Pour Abu Nawas Algerie
                                                                                                                                                    Randa

Un dimanche D’horreur

 

 

Tout allait bien lors d’une belle journée ensoleillée. Les gens voguaient à leurs préoccupations. Soudain des cries viennent troubler la sérénité habituelle de ce cartier de la capitale. Un groupe de quatre personnes s’acharnent sur la silhouette frêle d’un gamin de 18 ans  à  coup de pieds et d’injures.

Personne n’osait intervenir pensant à un voleur qui vient d’être pris en flagrant délit. Seul un vieil homme voyant que l’acharnement des jeunes gens emplissait se rapprocha de la scène en les exhortant de s’arrêter.

« Ne vous mêlez pas de cela grand-père, c’est notre frère, il nous fait hante ; il aimes les hommes » et en toute impunité sous le regard d’au moins une cinquantaine de personnes les deux frères l’ami et le cousin de ce pauvre gay donc le seul crime était d’avoir une sexualité différente de celle du commun des mortels, continuaient à l’accabler de  coup de pieds sur la tête le visage, le ventre…

Quant le cousin avait des réticences à frapper Zaki qui marinait dans son sang à leurs pieds, le frère lui cria dessus « frappe c’est ton droit, applique ta justice ». Au bout d’un moment les agresseurs essoufflés partirent laissant leurs frère et victime affalée sur le sol se tordant de douleur.

C’est un passant en voiture qui eu pitié de Zaki et le prit au pavillon des Urgences médicochirurgicales le plus proche.

Le comble dans tout cela est que l’agression en question se transforma en un accident de moto. Que Zaki s’est vu confisqué son portable, menacé de dévoiler son homosexualité à son père qui le mettrait de suite à la porte et summum de l’horreur, la mère au courant de tout, ne parle plus a son fils. Zaki est actuellement convalescent chez lui mit sous surveillance par ces frères. Impossible de s’approcher de lui de lui parler en tête à tête car les frères assistent a toutes les visites et ne laissent quasiment pas Zaki avec ses visiteurs.

Logiquement Zaki est en droit de déposer plainte contre ses frères pour coup et blessures avec préméditation. Il a aussi le droit de les poursuivre en justice et les voir derrière les barreaux pour leur crime. Mais la réalité en est autrement. De par la loi 338 du code pénal algérien Zaki est en effraction et risque une peine de prison allant de 6 mois à deux ans de prison ferme et d’une amande allant jusqu'à 5000Da qui représente la moitié du SMIC en Algérie.

 

                                                                                               Randa

                                                                                               07/02/2008

 

                                                                                         d'aprés

                                                                         un Témoignage de Angelino

 

                                                                        

                                                                                                

                  

                  Un Imam inculpé pour Homosexualité

 

 

 

Il  y a une semaine de cela, un jeune Imam se fait arrêter pour acte de pédophilie sur une adolescent de 17ans dans la localité de Collo sur littoral Est de l’Algérie.

Le jeune affirmait qu’il subissait des pression par l’Imam dont entre autres cette de l’argent. Ce qui n’en perchera pas son interpellation et sa mise sous mandat de dépôt lui aussi.

Au bout de deux jour le jeune de 17 ans avoue qu’il ne subissait aucune pression et que c’était plutôt lui qui cherchait la compagnie de l’Imam.

Le tribunal correctionnel de Collo a prononcé avant hier 12 février 2008 son verdict, en première instance, dans cette affaire dite de « l’Imam pédophile ». Répondant au chef d’accusation d’homosexualité et atteinte à un lieu de culte, l’imam a écopé de cinq ans de prison ferme assorties d’une amende de 10 000 DA. Le deuxième prévenu, le jeune de 17 ans, comparaîtra quant à lui devant le juge des mineurs. A rappeler que  contrairement à la prêtrise, la Imamat elle n’exige pas les vœux de chasteté dans le sens où l’Imam peut se marier.

Quand on a posé aux dirigeants Algériens la question pourquoi des lois homophobes dans le code pénal algérien ? Ils ont répondu que serte la loi existe mais elle n’est pas appliquée et puis de toute façon il n’ y a pas de gays en Algérie !!!!

 

 

Est-ce de l’occultisme, de l’aveuglement ou encore de la mauvaise foi ???!!!

 

 

                                                                                       14 fevrier 2008

                                                                                       Randa

 

 

 

Arrestation pour Homosexualité d’un jeune avocat

 

 

L’accusé Tarek. B fut présenté dans le box des accusés dimanche 24 février 2008 pour l’affaire 1623/08 pour attentat à la pudeur.

Pris en flagrant délit de fornication avec le nommée Ibrahim Z dans les toilettes publics de la Gare routières les KAROUBIERS (Alger). Les détailles de l’affaire d’après une source juridique remonte à l’après midi du mercredi 13 février 2008, où fut pris l’avocat Tarak B et son partenaire Ibrahim Z en flagrant délit aux toilette publics les KAROUBIERS.

D’après le gérant de ces toilettes, deux personnes sont entrées dans les lieux pour ressortir aussitôt à cause de la foule qu’il y avait. Puis sont revenu plu tard ? C’est là que le gérant eu des doutes et fini par surprendre les deux hommes dans les bras l’un de l’autre. Ce dernier avertit donc les services de sécurité.  

Le deuxième témoin est un agent de sécurité qui dit s’être heurté à la vie des deux hommes lors d’une tournée de routine de contrôle…

Le juge chargé de l’affaire a jugé mener l’audience à huit clos avant de tout reporter. Sachant que les 338 et 333 punissent de 6 mois à 3 ans de prison et d’une amande de 1000 Da à 10 000  Da toute personne inculpée pour acte d’homosexualité.

Et par rapport au même sujet, le doyen des avocats de la capitale maître Abd Elmajid SELINI déclara «  cette affaire est considérée comme une première dans son genre dans l’histoire du droit algérien et que l’arrestation de l’avocat accusé est une précaution » en rajoutant que ce qui est arrivé fait partie de la société et que l’avocat accusé est un citoyen comme les autres et peut commettre des délit et que c’est à la justice de le condamner ou l’innocenter.

La question qu’on se pose ici, Maître SELINI vit-il réellement en Algérie ? Tous ces homos et Trans en prison sont-ils invisible a ce point a ses yeux ?

Il faut dire que beaucoup d’avocats quant ils sont nommés d’office, se désistent quand il s’agit d’affaire comme celle-ci

Une chose est sûre, l’état qui dit que les lois 333 et 338 ne sont pas appliquées se ment à lui-même et prouve une mauvaise foi incomparable…

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                Randa 13 Mars 2008

                                                                                                               Pour Abu nawas Algerie

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site