Literature par les LGBT ou les LGBT Friendly pour les LGBT

"Karim sans Kabylie" de Guy Shelley

 

Guy Shelley est avant tout metteur en scène et auteur dramatique qui a enseigné dans plusieurs pays le travail d'acteur, c'est un coup au cœur –un coup de sang surtout- qui l'a poussé à ce roman indéfinissable dont, pourtant tout, le contenu tient dans son titre.

 

Karim sans sa Kabylie, c'est l'histoire du naufrage d'une vie sur les pavés de Paris. L'histoire d'un garçon plein de soleil, que son frère appelle sous les cieux de cette Europe où l'on trouve, paraît-il, l'argent dans les ruisseaux, qui s'y perd, jusqu'à en perdre le soleil.

 

"Karim marche, il marche des journées entières dans une ville devenue interdite où il doit se fondre dans l'anonymat des foules en mouvement. Evitant le moindre regard soupçonneux, les contrôles policiers dans les rues, les métros, fuyant tout groupe assemblé, il trouve refuge dans les jardins de Paris. Il les connaît tous, mais sa préférence va au jardin du Palais-royal".

 

Et puis, il y a Alexandre, qui ne s'est jamais posé la question, qui rencontre ce garçon au regard perdu, par hasard, mais au moment où il le fallait, un soir d'ivresse, et ce qui ne devait être que l'histoire d'une nuit ouvre vers une amitié débordante, absorbante, qui parfois ressemble étrangement à l'amour, qui va envahir ces deux solitudes qui trouvent soudain à se combler mutuellement. "C'est ainsi que les amarres de la solitude furent rompues et avec une infinie précaution, on hissa la grande voile des relations humaines".

 

Alexandre est alors confronté, pour aider son ami, à cette administration en laquelle il croyait et qui devient soudain une machine à broyer les êtres désespérés qui s'adressent à elle. Elle n'est plus qu'un mécanisme indifférent à la misère humaine qu'elle traite par numéros de dossier. Lui qui se sentait en sécurité dans la patrie des Droits de l'Homme, protégé par la police, administré par un Etat laïque, se retrouve épouvanté par des procédures iniques, des refus injustifiés, des salles d'attente interminables.

 

Quand on ne l'a pas vécu, on ne peut pas savoir? En lisant le livre de Guy Shelley, vous ne regarderez plus jamais les sans-papiers de la même manière.

 

 

Michel Duponcelle

 

 

Guy SHELLEY, "Karim sans Kabylie", ed. Michel de Maule, Paris, 2003 – isbn: 2-87623-095-X  

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site